mardi 26 juin 2018

Les enfants de Patou solidarité

Aujourd'hui est l'occasion pour moi de vous faire de nouvelles confidences.
Issue d'une très grande famille et petite dernière entourée de nombreux neveux et nièces dans ma jeunesse, je crois que je m'étais dressé une barrière anti-enfant. Enfin pas contre les enfants mais contre le fait d'en avoir un à moi un jour. D'ailleurs lorsque j'avais 15 ou 16 ans et que des personnes me demandaient si je voulais des enfants, je répondais toujours par la négative. Les années ont passées, ma vie sentimentale n'a pas été telle que je me l'étais imaginée et finalement je n'ai même jamais eu à me poser la question : est ce que tu aimerais avoir des enfants?
Il n'y a eu qu'une période, relativement courte, où j'ai voulu en avoir un à tout prix, c'est lors du décès de ma maman. Je pense que je réalisais les liens mère-enfant et aussi que j'aurais aimé pouvoir à mon tour transmettre tout cet amour dont j'ai hérité et dont je ne savais plus quoi faire...
Mon compagnon de l'époque m'a refusé cette opportunité.
Ensuite, aucune relation réellement stable ne m'a même permis de l'envisager.
A 45 ans, ma dernière relation sérieuse et l'idée d'un enfant avec lui a peu à peu germé en moi...malheureusement les graines semées ne pousseront jamais. L'histoire est finie et j'ai eu conscience que c'était la seule chance de pouvoir aimer un être et une âme qui aurait pu s'incarner en moi.
Je ne serai probablement jamais cette maman aimante que j'aurais pu être. Et quand je partirai dans cet autre monde, il n'y aura personne pour se souvenir avec émotion de ce que j'ai signifié pour lui ou elle.
C'est un constat et un aveu assez douloureux. Mais souvenez vous à quel point je suis impudique et fière de l'être. Nous ne vivons pas pour les autres mais pour nous mêmes.
Il y a presque un an, dans un groupe sur facebook j'ai découvert une jeune femme courageuse et tellement touchante que je n'ai pas assez de mots pour vous la décrire. Cette jeune femme c'est Myriam, Myriam Vieillard.
Myriam est une cabossée de la vie, de celles qui comprennent en un regard la détresse des autres et qui avec courage et opiniâtreté a décidé un jour, après un événement tragique : la perte de l'homme de sa vie, de partir au bout du monde pour mettre sa bienveillance au service d'autres femmes et d'enfants qui n'ont rien.
Son association Patou solidarité, son histoire, Myriam la raconte mieux que moi...et elle a, par sa décision et son changement de vie, permis le changement en positif de dizaines d'autres vies, celles de femmes et d'enfants équatoriens subissant les violences et le néant d'une vie qui ne donnait que peu d'espoir.
Patou Solidarité mène différentes actions et projets. Cette association a permis de créer une maison de femmes violentées et de leur permettre d'escompter un nouveau départ. Et puis il y a ce projet auquel j'ai décidé à mon tour de participer. Je sais que ce n'est pas de l'adoption d'un enfant...de cet enfant qui me manque...mais il s'agit de permettre à un enfant d'obtenir une vie un peu meilleure et peut être de tisser des liens d'amitié avec lui et toute sa famille.
C'est pour ça que j'ai décidé de souscrire au projet de parrainage d'un enfant avec Patou Solidarité. Et j'en suis tellement heureuse que je voulais partager cela avec vous.
Cela me fait tellement chaud au coeur. J'ai craqué devant le
Mon filleul Victor
sourire bienveillant de ce petit Victor. Je le ressens comme quelqu'un d'optimiste qui mérite qu'une bonne fée se penche sur lui et lui permette de poursuivre ses rêves. J'espère être celle ci.
Victor a une petite soeur qui s'appelle Alison et qui est, elle aussi, en attente d'une marraine ou d'un parrain...Sait on jamais! Peut-être se cache-t-elle ou il parmi les lecteurs de BigBellesMag.

Si vous êtes intéressé(e)s pour soutenir les projets Patou Solidarité, n'hésitez pas à entrer en contact avec eux via le site https://patousolidarite.com/ ou via leur facebook Parrainages Patou Solidarité

Merci pour elles et eux!

Je vous embrasse,



Natalouschka


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire