jeudi 4 mai 2017

Et ça ne me fera pas une belle jambe !

Dans ce nouveau billet je voudrais aborder quelque chose qui peut nous ronger de l'intérieur pendant de nombreuses années...voire même nous pousser à une espèce de désamour incommensurable de nous mêmes. Je veux parler ici des complexes enfin je veux, avant tout, vous parler du mien. Je vais le faire un peu à la manière de proches dont j'aurais la plus grande confiance et c'est pourquoi je tenais à le classer dans le libellé  "Petites confidences entre copines".
Je pense que personne n'est épargné quand il s'agit de ne pas aimer cette petite parcelle de soi qu'on rêverait de changer. Nous focalisons parfois sur un truc qui parait anodin aux yeux des autres mais qui pour nous devient le centre de nous même.
Mon complexe majeur reste et restera mes jambes. Je les rejette totalement et ce depuis longtemps. Je me souviens de cette époque lointaine où je me mettais en jupe. C'était grisant de sentir l'air, la chaleur d'un après midi de printemps ou encore la brûlure du soleil en été. Je me souviens encore de cette époque où j'osais même des mini-jupes sans me préoccuper de ce à quoi ressemblaient mes jambes.
A l'époque où a été prise cette photo, je commençais à grossir. C'était la pré-adolescence, je devais avoir 12 ou 13 ans. Mes jambes me convenaient encore, au point même de les montrer encore sur la plage
Vers 16/17 ans j'ai eu, un jour, un accident à vélo. J'ai planté mon vélo au détour d'un virage dans un champs et je suis retombée lourdement sur un de mes genoux. Cela a formé un énorme hématome qui s'est peu à peu transformé en une boule de graisse sur le genou. Déjà, j'ai commencé à ne plus mettre de jupe ou de robe. J'ai adopté le pantalon. Et puis j'ai grossi...grossi au point où mes jambes sont devenues des éléments à part entière de mon dégoût  viscéral de celle que j'étais en train de devenir.
J'admire ces rondes si belles qui ont des jambes magnifiques. Les jambes c'est ce qui rend sexy une femme à mes yeux.
Les miennes ne sont pas seulement grosses...elles sont devenues difformes au point que parfois dans une salle d'attente, je préférais rester debout plutôt que de laisser mon pantalon épouser leur forme qui m'horrifiait. Vivre avec mes jambes était devenu une torture psychologique au point où j'ai même consulté un chirurgien plasticien qui m'a dit ne rien pouvoir pour moi. Il m'a fallu un gros travail mental pour dépasser ça. Même dans mes rapports intimes avec les hommes, je ne supportais pas qu'ils me touchent les jambes. J'avais trop peur de les dégoûter. Et puis bien que nous nous en défendons, nous cherchons toujours à nous comparer aux autres femmes alors je peux bien vous avouer qu'en raison de cette souffrance psychologique je me suis toujours sentie incapable de rivaliser avec une autre femme y compris une femme grosse comme moi. C'est en partie à cause de ça que je ne crois jamais les autres quand ils me disent (si gentiment) qu'ils me trouvent belle. Tant que cette part de moi sera immonde à mes yeux, je ne pourrais pas totalement me sentir "jolie". Pourtant j'ai fait de gros efforts et avec l'âge j'essaie de me confronter à mon corps. Je ne peux même pas vous dire à quel point il m'a fallu du courage par exemple pour affronter les regards curieux à la piscine. En même temps je ne peux pas blâmer les gens de regarder quelque chose qu'ils ne sont pas habitués à voir. Je ne ressens pas forcément d'hostilité à mon égard...plus de la curiosité sur ses jambes vraiment difformes (et non ce n'est pas une vue de mon esprit...les gens regardent vraiment). Combien c'est douloureux de vous parler de ça mais en même temps se dévoiler c'est apprendre à faire face à ce qui nous empoisonne la vie et aussi de ne plus donner de cartes à celles et ceux qui pourraient vouloir nous blesser. De toute façon celles et ceux qui pourraient se moquer de mes jambes ne pourraient jamais être plus cruels que je l'ai été moi même avec elles.  Je déteste mes genoux et le fait aussi d'avoir ces jambes un peu "poteaux" sans chevilles fines...

Quand je regarde les photos (partagées par Charlotte sur la page facebook de BBM) de ces femmes rondes sublimes qui ont des jambes bien proportionnées, bronzées et longues...je me rêve ainsi et puis je reviens à la réalité. Je me suis aperçue d'une chose c'est qu'elles sont peu nombreuses les rondes comme moi avec des jambes difformes...Cela m'a poussée à faire ma petite enquête et j'écrirai très prochainement un article sur ce que j'ai trouvé...enfin si ça vous intéresse bien sur.
Voilà j'ai fini en larmes ce billet...heureusement vous n'étiez pas là physiquement sinon vous auriez pu vous dire qu'elle est con con cette nana...
En tout cas vous comprendrez pourquoi j'ai essentiellement des portraits pour photo et pas énormément de photos en pied...et en jambes (rires).


2 commentaires:

  1. Je trouve tput d'abord que ce billet est très courageux de votre part. Il est toujours très difficile de parler de ses propres complexes. Deuxième chose, c'est vraiment une très très belle observation de votre fonctionnement.
    Félicitations.

    Rémi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Remi pour ce si gentil commentaire qui est réconfortant et qui me conforte dans l'idée que peut être quelques confidences peuvent parler à d'autres qu'à soi même. Merci également d'avoir pris le temps et l’énergie pour me l'écrire. Bises

      Supprimer