lundi 17 avril 2017

Impudique


Dans ma vie j'ai toujours dit ouvertement tout ce que je ressentais. Savoir extérioriser ce que l'on ressent est pour moi une force et non une faiblesse.
L'expérience la plus traumatisante que j'ai eu à vivre ce fut la mort de ma maman. Oui j'écris « ma maman » quand bien d'autres écriraient « ma mère » pour éviter que l'on ne les taxe d'être trop puérils ou trop affectueux.
L'amour que j'éprouve pour elle est si grand qu'il ne pourrait s'exprimer autrement que par des mots jolis et tendres.
Quand maman a rendu son dernier souffle c'était entre mes bras. Je me suis précipitée vers le téléphone pour appeler les secours et appeler mes proches. Et ensuite j'ai hurlé un peu comme une louve aurait hurlé à la mort devant une lune pleine.
A cette époque la présence de mes chiens à mes côtés a été ma plus précieuse alliée.
Ce texte spécialement écrit pour BigBellesMag n'a pas pour objet de vous exposer plus de ce qui s'est passé ce jour là. J'imagine, d'ailleurs, qu'à ce niveau de mon texte de toute façon beaucoup auront déserté cet article. Certains lecteurs seront en fuite parce qu'ils se sentiront mal à l'aise face à cette intimité terrifiante et d'autres parce qu'ils s'interrogeront justement sur les motivations qui me poussent à raconter des choses qui sont sensées n'intéresser personne d'autre que moi.
Malgré cela je sais qu'il restera quelques lectrices ou lecteurs, peut être un(e) seul(e) que le titre de cet article aura intrigué(e) et que les mots auront finalement retenu(e). Curiosité malsaine en ce cas ? Ou bien simplement des mots enfin écrits noirs sur blancs alors que vous même n'avez jamais pu ou voulu les écrire mais que vous avez fortement éprouvé ?
Je n'ai pas peur de ce maelström qui naît au cœur de mes organes vitaux et qui a envie d'être verbalisé.
Le premier janvier j'ai de nouveau perdu un être très cher à mon cœur...
La mort de maman m'a tellement traumatisée que j'aurais pu croire que rien de positif ne serait né de cette terrible perte et pourtant cela m'a assagie, cela m'a rendue philosophe et la mort m'a appris bien plus sur la vie que la vie elle même.
Mes êtres chers sont presque tous dans cet autre endroit que l'on appelle l'au delà. Il m'arrive encore par habitude de faire les choses comme si ils étaient encore là et puis soudain c'est comme si le bug de mon cerveau était réparé d'un coup et la terrible sensation de réalité qui m’apparaît et mon impuissance à changer le cours du destin m'accablent. Ils ont laissé l'empreinte de leur amour dans mon cœur et c'est finalement la plus grande victoire sur cette inéluctable mort. La mort emporte un corps avec elle, mais elle n'emporte ni les souvenirs, ni la sensation ressentie aux côtés de ceux que nous aimions. L'amour qu'ils m'ont légué est en moi et c'est comme la petite flamme d'une bougie qui se refléterait dans une infinité de prismes et de jeux de miroirs. Cette flamme se reproduit à l'infini et sort hors de mon corps pour vous envahir toutes et tous.
Si vous ne deviez ne retenir qu'une seule chose c'est celle ci :
Si une nuit vous manquez de sommeil et que vous apercevez dans le lointain une rivière d'or en fusion partant de la terre pour rejoindre le velours noir du ciel et si enfin cette rivière dorée scintille de mille feux alors vous saurez ce que signifie l'amour.
Les diamants qui y ruissellent sont représentatifs de toutes les larmes que je n'ai pu retenir après le départ de ceux que j'aime, et l'or mêlé d'autres pierres précieuses c'est la rivière d'amour inaltérable qu'ils ont laissé en mon cœur et qui jamais ne se tarira.
Oui je suis impudique et je le revendiquerai toujours...


Natalouschka


3 commentaires:

  1. Merci Thalie, ce texte me touche, particulièrement en ce moment et je te remercie de partager toutes ces émotions et ces mots avec nous...
    je t'embrasse fort
    Charlotte

    RépondreSupprimer
  2. Je t'embrasse ma Charlotte et merci de me laisser carte blanche pour dire ce que j'ai sur le coeur souvent. Merci de la confiance que tu as placée en moi.
    Je peux imaginer tout ce que tu ressens en ce moment...je t'envoie de la lumière...De celle que l'amour place en nos coeurs blessés. Bisous

    RépondreSupprimer
  3. un jour, nous aussi nous passerons de l'autre coté du miroir et les témoignages d'affection de nos proches partis avant nous cesseront d'être des souvenirs gardés jalousement pour redevenir des sensations bien vivantes en attendant ce moment,donnons nous ici basavec ceux qu'on aime des gages d'affection qui seront le moment venu des souvenirs précieux de ceux qu'on laisse quand on meurt
    je t'embrasse très fort
    brigitte du 60

    RépondreSupprimer