mardi 20 septembre 2016

Une histoire participative



Coucou tout le monde !

Vous savez sans doute déjà que j’adore écrire. J’ai eu une petite idée spéciale pour les lecteurs et lectrices du mag. Je me propose de vous écrire une petite histoire et vous êtes les co-auteur(e)s avec moi grâce à votre participation par vote à chaque fin de lecture de l’histoire. C'est-à-dire que chaque fois vous aurez deux propositions de suite de l’histoire, vous votez par commentaire dans les deux jours suivant la parution et j’écris la suite selon le plus grand nombre de votes.

Qu’en pensez-vous ? (vous pouvez mettre vos avis en commentaires)

Voici le début de l’histoire !




Thalie (ben oui le plus simple pour le choix de l’héroïne c’était encore de me faire vivre l’histoire moi-même !), je disais donc…Thalie était une petite dame ronde de 44 ans. Le plus souvent celles et ceux qui découvraient son âge pour la première fois refusaient de la croire sur ce point. Elle avait mis du temps à accepter sa condition de « grosse ». Et puis finalement après avoir compris que l’essentiel n’était pas uniquement ce que nous sommes au physique, elle tentait de vivre au mieux avec ses kilos en trop.

Thalie avait une vie plutôt agréable, elle savait la chance qu’elle avait d’avoir une famille aimante, des amies et amis adorables, un travail, de quoi s’occuper et s’amuser. A ce beau tableau ne manquait qu’une seule chose : un compagnon d’amour amoureux.

Pas simple de nos jours d’exister dans la vie d’un autre être…

Thalie venait de s’installer dans un de ses sièges un peu étroit d’un TER en partance pour Paris. D’ordinaire, elle préférait toujours prendre sa voiture. Elle aimait son indépendance et puis ça lui évitait surtout de la marche inutile et douloureuse pour ses pauvres genoux (ben oui la vie de Thalie est rose mais tout de même, elle subit les affres de l’obésité ^^). Elle allait rejoindre son amie Charlotte, elle devait passer une petite journée entre filles. Au programme : rires, confidences et sans doute détente ou shopping en fonction de ce qu’elles auraient envie de faire.

Grâce à Charlotte, Thalie pouvait s’adonner à ce qu’elle préférait faire dans la vie, à savoir écrire. D’ailleurs, Thalie se dit que peut être elle pourrait profiter du temps passé dans le train pour noter quelques idées de billets pour leur blog. Elle s’apprêtait à fouiller dans son sac quand elle sentit la présence de quelqu’un auprès d’elle plus qu’elle ne vit la personne elle-même. Thalie soupira intérieurement…elle avait espéré secrètement que personne ne viendrait s’asseoir auprès d’elle. Non pas qu’elle ne soit pas sociable mais elle avait toujours une espèce de culpabilité à déborder un peu du siège. En se redressant un peu sur ce dernier, Thalie pu apercevoir de nombreuses places vides autour d’elle…pourquoi donc cette personne n’allait pas s’asseoir ailleurs ? L’inconnu dans le couloir ne semblait pas vouloir déserter. Thalie dut donc se rendre à l’évidence, elle devait se lever pour laisser passer cet homme qui visiblement voulait s’asseoir côté fenêtre et avait envie en plus d’être
cloué à son siège par une Thalie volumineuse ! En se rasseyant en revanche elle se contorsionna de manière à ne pas paraître trop envahissante et se morigéna intérieurement de prendre autant de précautions pour ne pas déranger celui qui était au final le véritable inopportun.

Dès que l’inconnu fut confortablement assis, Thalie prit autant de distance que l’étroitesse de son siège le lui permettait. Elle détestait l’idée d’empiéter dans la bulle d’espace vital des autres. Aussi se cala-t-elle, inconfortablement, contre l’extrémité opposée du siège, veillant par la même occasion à ne pas toucher son voisin de trop près. Elle le regarda à peine, trop préoccupée par ses pensées mais son parfum lui chatouilla agréablement les narines…c’était Gentlemen Only par Givenchy, elle l’aurait reconnu entre mille, car c’était le même parfum qu’elle avait offert à Samuel…argh ! Samuel ! Pourquoi pensait-elle à lui ? Alors qu’elle faisait tout son possible pour l’oublier…

Son image lui vint instantanément en tête…Dieu qu’il était beau ! Encore une fois elle se réprimanda et d’un geste instinctif sa main partit au dessus de sa tête comme pour chasser la bulle torride au dessus d’elle. Son voisin eut juste le temps de reculer…un peu plus et il se prenait une baffe !

Thalie sentit le regard de l’inconnu sur elle…sans même lui accorder le sien en retour elle lança : « désolée je suis atteinte de mouvements brusques et involontaires ! Peut être devriez-vous vous choisir une autre place ! »…l’homme à ses côtés se mit alors à rire…un petit rire chaleureux et vraiment amusé par cette boutade. A ne pas s’y tromper cet homme avait de l’humour. Ce que confirma d’ailleurs la réplique qui ne tarda pas à venir : « heureusement le syndrome de gilles de la Tourette vous a été épargné ! Et puis je me sens bien ici mais merci de vous en inquiéter ! »

Thalie leva pour la première fois son regard vers son voisin hilare, il ressemblait à un de ces corsaires qu’elle affectionnait tant…ou plutôt il ressemblait à l’un d’entre eux enfin tel qu’elle se les imaginait.

Il était blond avec le cheveu souple, une mèche venait barrer son front, un grand sourire tout lumineux éclairait l’ensemble de son visage. Thalie ne voulait pas se laisser prendre au jeu du sourire avec plus de dents que ne peut en supporter la vue…alors au lieu de lui sourire comme elle l’aurait fait d’ordinaire, elle replongea dans son grand sac à la recherche de son petit carnet de voyage…et l’ignora de toute sa superbe.

L’inconnu ne sembla pas s’en formaliser, il sortit son super téléphone dernier né de sa génération et commença à l’utiliser avec dextérité.

Thalie trouva enfin le fameux carnet ainsi qu’un très beau stylo que lui avait offert sa maman. Elle commença à annoter des ressentis, des sensations enfouies en elle et puis se mit à rapidement à griffonner un petit dessin. Ce qui prenait vie sous son coup de crayon ressemblait fort à un athlétique bel homme avec tous ses tatouages…erf encore Samuel…il occupait toutes ses pensées bien malgré elle. Alors elle se décida à lui écrire une de ses lettres qu’elle écrivait parfois à sa destination mais qui ne parviendraient jamais jusqu’à lui. Un de ses courriers qui lui permettaient à elle d’extérioriser tout cet amour gâché. Elle avait noirci au moins deux pages de son carnet de notes lorsque soudain elle ressentit le regard intéressé de son voisin sur son œuvre. Elle leva la tête une nouvelle fois dans sa direction et vit que l’impudent n’avait pas l’intention de détourner le regard. Il la regarda de manière provocante et laissa glisser de nouveau son regard sur l’écriture passionnée de Thalie.

« Ça va ? Je ne vous dérange pas trop ? » Demanda-t-elle à l’impudent.

L’inconnu avait un visage qui semblait toujours sur le point de rire. Ses yeux riaient, elle l’amusait visiblement. Alors elle eut un geste un peu infantile, elle eut envie de cacher son carnet de son bras un peu à l’image d’une enfant qui ne veut pas que son voisin la copie mais à peine amorcé ce geste elle se dit que c’était surtout l’occasion rêvée d’abandonner son « encombrant voisin ». Elle ramassa ses affaires, se leva et s’installa sur le siège de la rangée inoccupée juste devant.

Une fois installée elle soupira d’aise. Elle continua d’écrire un petit moment puis au moment où elle allait ranger son carnet et son stylo, elle sentit que quelqu’un lui tapotait l’épaule. Elle se retourna légèrement et vit que son ex voisin était debout derrière elle, penché vers elle.

« Quoi encore ? » demanda-t-elle sans ménagement.

« Puis je me permettre de vous emprunter votre stylo ? » demanda-t-il d’une voix chaleureuse.

Thalie regarda un instant son stylo fétiche et hésita et puis rapidement se décida à lui tendre. L’inconnu s’en empara en remerciant. Après qu’il ait disparu, Thalie se détendit et ferma les yeux.

Elle était dans les bras de Samuel…ses lèvres s’emparaient des siennes, elle se sentait si bien…c’était comme d’être dans un cocon douillet. Elle ressentait un tel bien être.

« Mademoiselle ! C’est le terminus ! »

Quelqu’un était en train de l’interpeller. C’était le contrôleur. Elle ouvrit grand les yeux, un instant elle fut un peu désorientée puis se souvint de l’endroit où elle se trouvait. Elle s’était lamentablement endormie, elle espérait ne pas avoir ronflé et vérifia aux commissures de ses lèvres qu’elle n’avait pas laissé s’échapper de la bave ^^ (si si ça lui arrivait fréquemment). Ses yeux s’écarquillèrent, il n’y avait plus qu’elle dans le wagon, elle pensa immédiatement à son stylo ! Elle craint un instant que l’inconnu soit parti avec mais ses doutes furent rapidement estompés. Elle trouva son stylo posé sur un billet de train griffonné sur le siège inoccupé à côté d’elle. Elle prit son précieux stylo, puis jeta un regard étonné sur le billet de train et lu rapidement le message que lui avait laissé l’inconnu.

Elle rassembla toutes ses affaires, courut presque jusque sur le quai…chercha un peu partout dans son horizon…mais l’inconnu avait disparu !



Voilà c’est fini pour aujourd’hui. Alors comme promis voici les choix que je vous offre, comme c’est une tentative votre premier choix ne portera pas sur la suite de l’histoire en elle-même mais sur sa continuité ou non.

La question est donc : Voulez vous que cette histoire se poursuive ? Oui/Non/Je ne sais pas encore (non là je déconne hein la 3ème option n’est pas envisageable ^^)



Et pour vous donner un exemple de ce que pourraient être les questions ici on peut imaginer si on continue l’histoire ensemble que je vous demande si :

1/ Thalie parvient à retrouver l’inconnu avant qu’il ne soit sorti de la gare

2/Thalie ne parvient pas à retrouver l’inconnu et décide de le retrouver un jour.



Dites moi ce que vous pensez, et à très vite !




Natalouschka

7 commentaires:

  1. Cette histoire fait du bien, donc oui, je veux qu'elle continue. Et je pense que ce serait plus intéressant si Thalie ne retrouvait pas l'inconnu de suite :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !
      Merci d'avoir pris le temps de donner votre avis, et tout comme vous je pense qu'il serait préférable qu'elle ne retrouve pas cet inconnu tout de suite. Pour le bien de l'intrigue en tout cas. En revanche je suis assez étonnée car mes amies à qui j'ai soumis le texte préfèrent opter pour le choix 1...
      Je verrai comment concilier tout ça ^^
      Bonne soirée et encore merci !

      Supprimer
  2. Anonyme (mais pas le même)20 septembre 2016 à 19:36

    D'accord avec le premier Anonyme (un nom plus courant que Dupont, ces derniers temps) sur les deux points par lui évoqués (ou par elle : l'ennui avec les Anonymes est qu'on ne sait pas si on doit dire Monsieur ou Madame. Pour moi ce serait Monsieur, merci, ou Anonyme tout court : pas de chichis).

    Un feuilleton est quand même un exercice difficile. Et puis avec les histoires d'amour, il y a un problème : le quotidien est beau à vivre, mais seulement à vivre, et fastidieux à décrire. C'est pour cela que les contes de fées s'achèvent par Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. Même chose pour les séries télés : Les Douillets Foyers de l'amour ne feraient pas l'audience des Feux de l'amour (beaucoup de feux et peu d'amour, et trop encore pour les mecs. Mettez la télé à l'heure de votre épisode quotidien et Monsieur file à la cuisine illico).

    « heureusement le syndrome de gifles de la Tourette vous a été épargné ! »

    Cette correction (écrite, et non physique) s'imposait ici !

    RépondreSupprimer
  3. Vous m'amusez monsieur Anonyme ! :) (oui oui j'aime les chichis...enfin tout au moins les bons beignets que j'appelle churros dans mon autre vie)
    Votre prose me rappelle un monsieur amenon pasdutout :)
    Et j'avoue être heureuse d'être dispensée de cette correction physique. Je n'ai rien fait moi anonyme, je suis gentille...
    Pour le feuilleton, il n'a aucune prétention mais l'idée de partager ça avec vous tous me fait infiniment plaisir. Nous verrons bien où nous emporte l'écrit et tant pis si c'est un peu de la guimauve.
    Au plaisir de vous lire à nouveau!

    RépondreSupprimer
  4. Moi j'aimerai que Thalie retrouve l'inconnu mais pas dans la gare... plus tard ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Charlotte d'avoir pris le temps de lire mes bêtises ^^ gros bisous (t'as vu je t'ai embarquée dans l'histoire)

      Supprimer
  5. j'ai grande hâte à lire la suite et j'opte pour qu'elle le retrouve plus tard
    brigitte (une anonyme dénommée )

    RépondreSupprimer