mardi 1 mai 2012

Facebook ou la suppression de comptes sans autre forme de procès

Il y a une semaine environ j'ai vu mon accès à mon compte facebook refusé. Au tout début, peu inquiète, je me suis dit qu'il y avait juste un petit soucis. Et puis soudain mes yeux sont tombés sur ces termes "votre profil a été désactivé". La raison? Facebook m'informe que ce serait parce que mon compte a été dénoncé comme étant un faux profil.

Ma première réaction a été l'indignation mais plus encore lorsque j'ai tenté de comprendre comment je pouvais faire pour le réactiver. En effet sur ce compte j'avais plus de 1300 contacts avec des personnes pour lesquelles je n'ai pas d'autre moyen de communiquer. A aucun moment on ne se dit que nous pouvons voir disparaître des informations qui sont seules contenues dans certains de nos comptes. 


Ma seconde réaction a été l'exaspération. Facebook se permet de gommer tout un pan de votre vie sur seule dénonciation sans prendre le temps de vous demander une preuve de votre réalité, ni d'ailleurs de la réalité de votre dénonciateur. En revanche pour récupérer votre compte vous vous trouvez confronté à un non sens: prouver votre identité ! (celui qui vous a dénoncé... probablement un fake n'a eu qu'à vous dénoncer et vous vous allez devoir prouver que vous êtes bien vous... je trouve ça dingue d'absurdité)


Bien évidemment après avoir joué le jeu malgré tout et démontré que vous êtes bien vous même grâce à une pièce d'identité que vous devez fournir (et oui! faites bien attention à avoir un compte avec votre véritable nom sinon vous risquez de lui dire adieu définitivement!) il vous faut attendre... Attendre le bon vouloir d'un réseau social certes puissant mais complètement déshumanisé, probablement noyé sous les demandes de réactivations de comptes désactivés pour de mauvaises raisons. De quoi se taper la tête contre les murs...

Depuis j'ai appris que je n'étais malheureusement pas la seule à avoir vécu ce type de désagrément et mes amies du magazine en ont fait les frais. Charlotte et Caroline ont, en effet, elles aussi vu leur comptes dénoncés mais les chroniqueuses de BigBellesMag ne sont visiblement pas les seules (Sandra, Jessica, Lolita, Véronita et d'autres sans doute...)
 C'est vraiment tout un système que j'ai l'envie de dénoncer mais ce qui me semble le plus important est vraiment de trouver des réseaux sociaux basés sur une saine intelligence. A la place de ça on voit apparaître des rouleaux compresseurs qui ne s'embarrassent pas une seule seconde et qui éliminent puis vérifient après coup...
Natalouschka

C'est effectivement révoltant! Car non seulement nos comptes ont été supprimés sans avertissement sur la seule dénonciation d'une personne malveillante,  
mais les pages fans associées à ces comptes aussi!
Ainsi Stéphanie Zwicky a eu son compte supprimé et la page qui représente son blog "BigBeauty" aussi! Or dans le cas de Stéphanie ça fait vraiment partie de sa vie professionnelle, de son job!
C'est donc  grave et j'espère de tout coeur que nous pourrons toutes récupérer nos données, photos,
infos et tout ce que depuis des mois voir des années nous mettons sur nos profils ayant eu jusqu'alors confiance en facebook... et je souhaite encore plus à Stéphanie de pouvoir retrouver son profil et ses fans!
Charlotte

2 commentaires:

  1. Je suis d'autant plus atterrée qu'il y a 2 ans, j'ai signalé un sérieux problème à "Facebook" : A savoir que des photos de ma fille (âgée de 4 ans à l'époque) circulaient sur le compte "Facebook" d'une jeune femme qui avait partagé pendant quelques mois la vie du père de ma fille. Elle n'avait pas obtenu son autorisation, et encore moins la mienne. Elle avait un nombre de contacts considérable et n'avait mis en place aucune restriction d'accès à ces photos. Or, malgré de nombreux courriers à "Facebook", copie de l'URL où paraissaient ces photos, etc., je n'ai JAMAIS obtenu gain de cause. Aujourd'hui, 2 ans plus tard, cette personne m'ayant bloqué, je ne sais même pas si des photos de ma propre fille circulent sur la toile !!! Pourtant, la publication de ces photos étaient une infraction aux articles 226-1 et 226-8 du code pénal concernant le droit à l’image des enfant. L’autorisation des deux parents est nécessaire avant toute diffusion sur un site web. "Facebook" était donc pénalement responsable et passible d'1 an d’emprisonnement et d'une amende de 45 000€ d’amende ainsi qu’a une condamnation à des dommages et intérêts pour l’atteinte portée à ce droit. Mes "menaces" ne les ont guère fait frémir... Je suis donc circonspecte de les découvrir si zélé à supprimer des comptes signaler comme étant de faux profils !!!

    RépondreSupprimer
  2. C'est révoltant, on nous donne accès gratuitement à un système qui permet d'évoluer professionnellement et socialement, alors pour la bonne raison que c'est gratuit, ils font ce qu'ils veulent sans tenir compte des conséquences. Et on a beau être en colère on continue à se référer à facebook parce là il y a tout le monde et que c'est le meilleur moyen d'avoir de bon contact...

    RépondreSupprimer